Un couple se sépare et madame a entendu parler de la médiation familiale. Toutefois, monsieur refuse d’entamer le processus et il préfère prendre un avocat. Qu’est-ce qu’on peut faire dans un telle situation ?

La partie désirant faire de la médiation familiale doit convaincre l’autre partie de venir au moins à la première séance de médiation, car il est certain que le médiateur ne rencontre jamais une partie seule. Le couple, marié ou non, doit donc s’entendre pour convenir d’un rendez-vous avec le médiateur choisi.

Il est à noter que lors de la première rencontre avec le médiateur, des informations générales sur la médiation familiale sont transmises : nous l’appelons d’ailleurs « séance d’information ».  Les parties font alors connaissance avec le médiateur, reçoivent toutes les informations sur la médiation  et elles  peuvent également poser des questions sur le processus. La rencontre de la première séance n’oblige en rien les parties à revenir et à faire obligatoirement les autres séances disponibles (un total de 5 heures), lors d’une d’une première démarche en médiation.

Autre fait à noter, si le couple a un ou des enfants nés de son union, encore à sa charge, les séances de médiation seront gratuites et assumées par le gouvernement. C’est un avantage qui a son importance lors d’une rupture. Et si jamais un couple a déjà eu un jugement, ou a déjà fait une entente, il a aussi droit, dans le même contexte, à des séances gratuites en médiation familiale. Nous parlons alors d’une révision de jugement, ou d’entente, et les séances payées par le gouvernement seront au total de 2 heures et demie.

Il est important de noter que la médiation familiale peut être utilisée avant d’engager une procédure judiciaire ou en cours de procédure, l’objectif principal étant toujours de trouver des ententes satisfaisantes pour les deux parties, dans le meilleur intérêt de leur(s) enfant(s).

Si vous voulez en discuter, contactez-nous. Il nous fera plaisir de vous aider à dénouer cette impasse.